Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil Marques Fiches Associations Agenda
Menu général Marques Fiches
Guide Automobile
Publicité

Étoile rouge soviétique
Étoile rouge soviétique
(doc. Yalta Production)


Publicité

abonnement

Publicité

Marques Europe Marques France
Marques Amérique
Marques Asie

Anciennes blindés soviétiques / russes

(les autres constructeurs en cliquant dans la colonne de droite > )

blindés soviétiques / russes

Les soviétiques s'intéressent assez tôt aux chars (dès la fin des années 20, un bureau d'étude spécial est créé). Le premier modèle à entrer réellement en service en 1928 est le T18 ou MS-1 (Malyy Soprovozhdeniya-Perviyy - Petit soutien 1). Il est largement inspiré du Renault FT français capturé au combat et est déjà construit à un millier d'exemplaires environ. Le MS-1 prend part à des combats dans la région de Vladivostok, contre les forces mandchoues en 1929.
La vocation hégémonique du pouvoir soviétique et l'agitation qui règne en Europe poussent les Ruses à développer des chars d'assaut, préoccupations ne n'ont pas les Américains.

L'apparition du char T26


Les Soviétiques ont probablement été impressionnés par les essais effectués chez eux en catimini par les Allemands afin de se réarmer tout en contournant les contraintes du traité de Versailles.
A la suite du T18, ils vont construire entre 1933 et 1941 près de 12 000 T26, suivant la licence du Vickers 6-Ton anglais.
Ce char léger accompagne l'infanterie et constitue l'ossature de la force soviétique jusqu'au début de la Seconde Guerre Mondiale.
La première version, dite 1931 est vite remplacée par des modèles plus puissants et mieux protégés, 1933, 1938 et 1939.

Les chars russes face aux Panzer


Le char T34 entre progressivement en service en 1940. Le T34, est inspiré très largement d'une étude américaine, celle du Medium Tank T 3 de Walter Christie, que les États Unis ont refusée.
Avec un commandement décimé par les purges staliniennes, des chars T26 vieillissants, des T34 en petit nombre (10%) et des équipages mal entraînés, l'armée soviétique ne peut pas résister au violent assaut des Panzer de l'opération Barbarossa, opération qui prend Staline par surprise.
Face à l'annexion d'une partie de son territoire, l'Union Soviétique réagit. Entre juillet 1941 et janvier 1942, 17 millions de personnes effectuent le démontage et le transfert de plus de 1 500 grandes entreprises industrielles dans l’Oural, la Volga, l’Asie centrale et la Sibérie. Plus de 2 600 usines auront été évacuées et reconverties dans l’industrie de guerre. Dès le début de 1942, après cet effort sans équivalent dans l’histoire industrielle de l’Europe, la production de guerre est remontée à 48 % de son niveau de 1940. Six mois plus tard, les usines produisent déjà plus que les anciennes, entre 1000 et 1200 chars par mois. Dès la fin de 1942, l'URSS dépasse l’Allemagne dans sa production d’armements.

Le T34, le meilleur char du conflit


Les soviétiques, réalistes, croient aux vertus de la rusticité et du nombre. Le T34 sera simple et robuste. Son blindage incliné et sa silhouette basse l'avantagent. Le T34 est généralement considéré comme le meilleur blindé des Alliées et l'un des meilleurs de la Seconde Guerre mondiale.
Construit en grand nombre, il va fondre sur les forces de la Wehrmacht bientôt prises dans la boue et la glace du terrible l'hiver russe.
Le blindé va être progressivement amélioré. Notamment, la première version, T34-76, dispose d'un canon L11 de 76 mm. Celui-ci s'avère vite insuffisant face aux Tigre et Panther. À partir de 1943, le T34-85 est équipé d'un canon de 85 mm et d'une tourelle à 3 places lui permet de prendre un avantage décisif au combat, d'autant que les Panzer sont généralement débordés par le nombre.

Le T54 et la Guerre Froide


Après l'éphémère T-44, les ingénieurs soviétiques développent le char moyen T54 dès 1944, destiné à remplacer le T34. Il entre en service dès 1946. Il se distingue par sa large tourelle hémisphérique destinée à accueillir un canon de 100 mm. C'est aussi le premier blindé soviétique à bénéficier d'un stabilisateur de canon permettant la visée en marche.
Le T54 devient tristement célèbre lors de la répression de l'insurrection de Budapest en octobre 1956 et de celle du Printemps de Prague en août 1968. Lors de l'invasion soviétique de l'Afghanistan, l'armée afghane était équipée de T-54.
Outre l'URSS, on le retrouve dans les pays du Pacte de Varsovie, ainsi que dans les pays affiliés au bloc communiste.

Dossier blindés


Notre dossier blindés en plusieurs fiches :
- blindés allemands,
- blindés américains,
- blindés anglais,
- blindés français,
- blindés soviétiques et russes.

Voir aussi


Voir aussi nos dossiers :
- Rétromobile 2016 - véhicules militaires
- Les véhicules militaires du Débarquement en Normandie
- Retromobile 2014 : 1914-1918 - l'automobile se lance dans la Première Guerre Mondiale

Musée Automobile Virtuel

Descriptions, fiches techniques, versions et photos des anciens modèles consultables pour blindés soviétiques / russes

(consulter la fichecliquez sur la photo du modèle pour consulter la fiche)
 

Char soviétique T26
Char soviétique T26 (1933-1942)
[3 photos]
Char T34
Char T34 (1940)
[6 photos]
Char soviétique ISU-152
Char soviétique ISU-152 (1943)
[4 photos]
Chasseur de char SU-100
Chasseur de char SU-100 (1944-1945)
[3 photos]
Char soviétique T54
Char soviétique T54 (1947-1963)
[3 photos]
 

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association

Publicité