Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil Marques Fiches Associations Agenda
Menu général Marques Fiches
Guide Automobile
Publicité

Sur la route, padam, padam...
Sur la route, dala dala lalalala...
(doc. Yalta Production)


Publicité

abonnement

Publicité

Marques Europe Marques France
Marques Amérique
Marques Asie

Anciennes Brabham

(les autres constructeurs en cliquant dans la colonne de droite > )

Brabham

Brabham est une écurie de compétition fondé en 1960 par le pilote australien Jack Brabham, champion du monde de F1 en 1959 et 1960, et l'ingénieur Ron Tauranac. En parallèle, il créent Motor Racing Developments pour construire les voitures connues en course sous le nom de Brabham.

Jack Brabham


Jack Brabham est un brillant pilote australien. Il impressionne au début des années 50 dans des courses de côte avant de se lancer sur les circuits avec une Cooper-Bristol. Il brille dans les courses et championnats d'Australie et de Nouvelle-Zélande jusqu'en 1955, en remportant notamment le championnat routier du Queensland.
Après des débuts inégaux en Europe, c'est en 1958 qu'il se fait vraiment remarquer grâce à plusieurs victoires qui lui permettent de remporter le championnat de Formule 2.
En 1959, il court pour John Cooper qui dispose désormais du brillant moteur Coventry Climax de 2,5 litres sur la Cooper T51. Cette année là, il remporte le Grand Prix de F1 de Monaco, puis celui de Grande-Bretagne. Après une lutte acharnée avec Stirling Moss, c'est lui qui remporte le Grand Prix des États-Unis, ce qui lui permet de décrocher son premier titre de champion du monde. Il récidive en 1960.
Dans le même temps, tout en continuant de courir pour Cooper, Jack Brabham associé à Ron Tauramac, fonde MRD (Motor Racing Developments).

Construction de monoplaces


Brabham se lance dans la conception et la construction en petites séries de monoplaces de compétition, d'abord en formule Junior, les BT1 et BT2.
La première Formule 1, la BT3 (Brabham-Tauranac) est alignée en 1962. Elle est construite à partir d'un châssis tubulaire animé par un moteur Coventry Climax.
Parallèlement à la conception de modèles de course pour l'écurie, Brabham commercialise des monoplaces pour les différentes formules. Dans les années 1960, Brabham est le premier constructeur de monoplaces aux clients et écuries privées, soit près de 500 monoplaces jusqu'en 1970.

Moteur Repco


En 1965, la FIA modifie le règlement de la Formule 1 et décide de doubler la cylindrée maximale des monoplaces pour la porter à 3,0 litres.
MRD se tourne vers l'australien Repco qui bien que n'ayant jamais produit de moteur de Formule 1, lui fournit un V8 dérivé du bloc moteur du concept-car Oldsmobile F85.
Légère et fiable, la Brabham BT19 remporte en 1966 le Grand Prix de France à Reims. Jack Brabham devient le premier pilote à remporter une course du championnat de Formule 1 au volant d'une voiture à son nom. Il remporte ensuite dans la foulée les Grands Prix de Grande-Bretagne, des Pays-Bas et d'Allemagne. Jack Brabham décroche son troisième et dernier titre mondial.
L'écurie remporte également le championnat en 1967.
Le moteur Repco est remplacé en 1968 sur la BT26 par le nouveau et très performant moteur Ford-Cosworth DFV V8.

Rachat de Brabham par Bernie Ecclestone


En 1969, Jack Brabham cède ses parts à son associé, Ron Tauranac mais conserve le volant jusqu'en 1970, ce qui lui permet de partir en beauté après avoir remporté le Grand Prix de Kyalami en début de saison. En 1969, l'écurie à terminée 2e du Championnat constructeurs et en 1970 4e.
En 1971, Ron Tauranac engage le double champion du monde Graham Hill et le jeune Australien Tim Schenken mais se trouve en manque de financement. C'est alors Bernie Ecclestone qui rachète l'écurie Brabham, tandis que Tauranac reste à la direction technique.
En 1972, Tauranac est remplacé par Gordon Muray. Ecclestone signe des contrats de sponsoring avec l'italien Martini Racing, puis avec Parmalat. Le moteur Ford-Cosworth est remplacé par un nouveau moteur Alfa Romeo.
Niki Lauda puis Nelson Piquet et Ricardo Patrese se glissent derrière le volant, tandis que le moteur BMW fait son apparition en 1983 sur la BT52.
Mais les années 80 sont néfastes pour l'écurie qui rencontre de plus en plus de problèmes de motorisation.
Bernie Ecclestone la revend en 1987 pour fonder la Formula One.

Rachat par Middlebridge


Le consortium japonais Middlebridge Group en fait l'acquisition et conserve la direction de l'écurie jusqu'en 1992, où l'écurie, endettée et incapable de payer ses traites financées par Landhurst Leasing, fait faillite.
L'écurie Brabham cesse la compétition en 1992 avec la BT60B.

Musée Automobile Virtuel

Descriptions, fiches techniques, versions et photos des anciens modèles consultables pour Brabham

(consulter la fichecliquez sur la photo du modèle pour consulter la fiche)
 

Brabham BT7, Brabham BMW BT7, BMW F1 2000
Brabham BT7, Brabham BMW BT7, BMW F1 2000 (1963-1966)
[9 photos]
Brabham BT24
Brabham BT24 (1967)
[9 photos]
Brabham BMW BT52
Brabham BMW BT52 (1983)
[10 photos]
 

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association

Publicité