Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil Marques Fiches Associations Agenda
Menu général Marques Fiches
Guide Automobile
Publicité

logo Corre
logo Corre
(doc. Yalta Production)


Publicité

abonnement

Clubs et associations dédiés

 FFVE - Fédération Française des Véhicules d'Epoque
Pour être crédible, il faut être représentatif. Actuellement, nous représentons 140 000 amateurs à travers les 850 clubs affiliés à ...
 Les Amis de la Licorne
Club dédié à la marque La Licorne ...

Marques France Marques Europe
Marques Amérique
Marques Asie

Anciennes La Licorne, Corre, Corre-Licorne

(les autres constructeurs en cliquant dans la colonne de droite > )

La Licorne, Corre, Corre-Licorne

Coore est un constructeur fondé en 1901 par Jean-Marie Corre, jusqu'alors revendeur automobile et directeur des Automobiles Fouillaron.
Il commence par construire des automobiles de course animées par des moteurs De Dion Bouton. Il participe au Paris-Vienne et au Circuit des Ardennes qu'il remporte en 1902 à la moyenne de 53,5 km/h.
Il enchaîne par la production d'automobiles de tourisme, mais choisit malheureusement un capot crocodile à radiateurs latéraux, ressemblant curieusement aux Renault. 5 ans de procès vont suivre, jusqu'à ce que Corre soit ruiné et la société déclarée en faillite en 1906.

Corre-Licorne, La Licorne


En 1907, la société est reprise par Firmin Lestienne qui change le nom en Corre-Licorne, puis, plus tard en La Licorne en 1917, nom sous lequel elle est aujourd'hui la plus connue. Jean-Marie Corre reste brièvement directeur technique avant d'aller fonder (tout aussi brièvement) une autre société de construction automobile.
Le constructeur dispose de 8 huit modèles à moteur De Dion Bouton, deux monocylindres de 5 et 8 cv, et six 4 cylindres de 5, 8, 10, 12, 18 et 30 cv.
En 1911, La Licorne conçoit sont premier moteur 4 cylindres. Cependant, les moteurs Ballot et Chapuis-Dornier viennent enrichir la gamme.
La Licorne est avant la Première Guerre Mondiale un constructeur important dont la qualité et la fiabilité de la production fait référence, à défaut d'être réputée pour être particulièrement performante.

Une production d'entre-deux-guerre étoffée


Entre-deux-guerres, La Licorne propose un catalogue plutôt fourni, notamment sur le marché des utilitaires.
Parallèlement, le constructeur participe à de nombreuses compétitions. En 1927, le nouveau modèle 6 cylindres 1500, bat le record du Tour de France avec une vitesse de pointe 165 km/h. En 1930, La Licorne remporte le Monte-Carlo, mais est également l'un des principaux constructeurs d'utilitaires en France.

Les automobiles des années 20


En dehors de ses modèles de compétition et de sa production de poids-lourds assez considérable, dans les années 20, l'essentiel de l'activité porte sur la production d'automobiles. Pour séduire une clientèle la plus large possible, le catalogue comprend un nombre important de modèles de 5 à 14 cv, avec un large choix de carrosseries, comme il convient.
Mais curieusement, le constructeur fait appel à des moteurs de fabrication externe : Ballot pour la série des Bx et SCAP pour la série des Vx. Le type de boîte est précisée, W3 et WR3 pour 3 rapports et W4 pour 4 rapports.
Les 2 séries de modèles sont étrangement très proches. Ce système a l'avantage de diminuer les coûts de conception et de mise au point, mais accentue la dépendance et limite les possibilités d'innovation.

La Citroën Traction, la carpe et le lapin


En panne d'innovation (cela coûte de plus en plus cher), le constructeur se tourne vers la Citroën Traction et sa technologie avancée, comme Delage ou Rosengart, finalement.
C'est d'abord la carrosserie aérodynamique de la Traction Légère qui est boulonnée sur un châssis à empattement rallongé (et à propulsion !) de Licorne : ce sera la Rivoli. Ensuite, c'est carrément le moteur à soupapes en tête de la Traction qui anime la Normandie, toujours en propulsion, en 1938.
Propulsion, essieu arrière rigide, ce n'est pas très innovant, mais c'est ce qu'apprécient les plus conservateurs, d'autant que l'intérieur est bien plus cosy que dans la Traction qui va à l'essentiel en matière de garnitures;

La Seconde Guerre Mondiale fatale à La Licorne


Pendant la Seconde Guerre Mondiale, La Licorne produit quelques coach transformés en véhicules électriques par Aéric ou Mildé-Krieger. La famille Lestienne est ruinée et l'entreprise vendue en 1942.
Mais en 1943, l'usine est détruite par les bombardements.et le constructeur débute une errance géographique et administrative qui se termine à la Libération par l'oubli du constructeur dans le Plan Pons.
Privée de moyens et de matières premières, La Licorne produit encore quelques modèles avant de baisser le rideau sur une production totale d'un peu plus de de 35 000 exemplaires. Ce qui reste de La Licorne (les utilitaires) est racheté par Berliet en 1949.

Musée Automobile Virtuel

Descriptions, fiches techniques, versions et photos des anciens modèles consultables pour La Licorne, Corre, Corre-Licorne

(consulter la fichecliquez sur la photo du modèle pour consulter la fiche)
 

Corre type F
Corre type F (1905-1906)
[9 photos]
Corre type 2
Corre type 2 (1906)
[5 photos]
La Licorne B7 W4
La Licorne B7 W4 (1921-1926)
[3 photos]
La Licorne HO 2
La Licorne HO 2 (1928-1932)
[4 photos]
La Licorne 415
La Licorne 415 (1933-1937)
[3 versions, 26 photos]
La Licorne 163/164/164 LR
La Licorne 163/164/164 LR (1939-1949)
[9 photos]

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association