Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées - Guide EHPAD
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER

Guide Automobile

Omega Six 3 litres roadster compétition
Omega Six 3 litres roadster compétition
(doc. Yalta Production)

abonnement

Publicité

Marques France Marques Europe
Marques Amérique
Marques Asie

Anciennes Omega Six

(les autres constructeurs en cliquant dans la colonne de droite > )

Omega Six

Omega Six est un petit constructeur français qui ne produit que quelques centaines d'exemplaires remarquables dans les années 20. Outre, la qualité reconnue des modèles, c'est la trajectoire étonnante de la marque et de son fondateur qui la rend intéressante, plus que la quantité produite.

Gabriel Daubeck


Comme beaucoup de commerçants et d'industriels, c'est la guerre qui va enrichir Gabriel Daubeck, au départ un vendeur de bois corrézien plutôt modeste. Il obtient le monopole de la vente de traverses de chemin de fer aux Chemins de Fer du Nord pour la reconstruction du réseau après la dévastation de la Première Guerre Mondiale.
Sa fortune faite, il décide de lancer une marque automobile. Bien conseillé (peut-être par son ami Ettore Bugatti), il embauche Eugène Marius Gadoux qui a officié comme ingénieur chez Clément-Bayard, Delaunay-Belleville et Hispano-Suiza, avant de diriger le constructeur de moteurs CIME (Compagnie Industrielle des Moteurs à Explosion), on fait pire comme références.
Celui-ci met au point des moteurs très performants, à arbre à cames en tête et pistons en aluminium, des raffinements alors rares.
Il s'agit de mécaniques 6 cylindres qui vont donner son nom à la marque, ainsi que 8 cylindres à partir de 1928.

Des modèles à vocation sportive


Les modèles produits sont essentiellement à vocation sportive. On les retrouvent logiquement alignés dans un certain nombre de compétitions :
En 1924, deux Omega Six participent aux 24 Heures du Mans, mais échouent toutes les deux. La participation de trois Omega Six à la course de 1925 a également échoué.
On les retrouve également sur les 6 Heures des Routes Pavées, le Grand Prix Automobile d’Algérie...
Aux 24 Heures de Spa-Francorchamps, Jacques Achille Boyriven termine deuxième en 1928 et troisième en 1929.
En 1929, le 2 juin, la marque Oméga-Six enregistre sa seule victoire significative lorsque Hellé Nice, ancienne danseuse nue, star mondiale, puis pilote de course, remporte le Grand Prix féminin de Montlhéry.

Une production réduite


La gamme proposait presque exclusivement des modèles à moteur six cylindres, c'est pourquoi ces modèles s'appelaient Six.
- 11 CV : la voiture est présentée au Mondial de l'Automobile de Paris en 1922. Moteur six cylindres, 1996 cm3, avec arbre à cames en tête. La puissance est de 50 ch et la vitesse maxi de 120 km/h pour les caisses ouvertes.
- 12 CV : présentée au Salon de 1924, construite en série à partir de 1925. Avec la même cylindrée, le type reçoit un carburateur Solex, la puissance passe à 55 ch, boîte à quatre vitesses au lieu de trois.
- 14 CV : présentée en trois exemplaires au Salon de 1926, produite en série aux côtés de la 12 CV de 1927. Moteur 6 cylindres, 2570 cm3.
- Type A (11 CV) : présentée au Salon de 1927, identique à la 12 CV qu'elle remplace.
- Type B (14 CV) : présentée également au Salon de 1927, elle remplace la précédente 14 CV. Moteur 6 cylindres, 2650 cm3, châssis abaissé.
- Type C (17 CV) : également présentée au Salon de 1927, moteur huit cylindres en ligne à arbre à cames en tête, 2986 cm3.
- Type D (24 CV) : aussi présentée au Salon de 1927 : Moteur huit cylindres 3888 cm3
- monplace de compétition : présentée au Salon de 1929, six cylindres de deux litres et un châssis raccourci à 2750 mm.
Les types A, B, C et D ont été construits jusqu'à la fin de l'entreprise en 1930, le huit cylindres, cependant, seulement en petit nombre.

La fin des Omega Six


En 1928, l'équipementier et pilote Jacques Boyriven prend une participation dans l'entreprise.
Mais les Omega-Six, plutôt chères et réservées à une élite de gentlement drivers subissent la crise financière des années 30.
La société est mise en faillite en 1932.
Quant à Gabriel Daubeck il est décédé dans un hôpital psychiatrique parisien, en 1945, des suites d’une syphilis.

Musée Automobile Virtuel

Descriptions, fiches techniques, versions et photos des anciens modèles consultables pour Omega Six

(consulter la fichecliquez sur la photo du modèle pour consulter la fiche)
 

Omega Six 3 litres
Omega Six 3 litres (1927-1932)
[10 photos]
Omega Six biplace compétition
Omega Six biplace compétition (1929)
[3 photos]

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association

Publicité