Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil Marques Fiches Associations Agenda
Menu général Marques Fiches
Musée Automobile Virtuel
Publicité

Tricycle Benz
Bentley TT
Saab 93
Bond Mark F
Fiat 128
Ferrari 488 GTB

Publicité

 

Publicité
Guide Tourisme France

Marques automobiles - Europe, sauf France

Fiat
Fiat
Mercedes-Benz
Mercedes-Benz
Triumph
Triumph
Volkswagen
Volkswagen

121 marques européennes et leurs différents modèles

Historique, description, fiches techniques, photos, cote en collection...
[ entre crochets, le nombre de modèles présentés]

La domination allemande sur les moteurs commence avec l'histoire de l'automobile. C'est d'abord Christian Reithmann qui dépose le premier brevet sur les moteurs à explosion, quelques années avant le français Beau de Rochas. Mais c'est bien Gottlieb Daimler qui met au point le premier moteur exploitable, tandis que Karl Benz saura produire le premier véhicule à pétrole. Entre-deux-guerres, l'Allemagne belliqueuse parvient difficilement à diffuser ses fantastiques berlines de luxe, Horch, Maybach ou Mercedes-Benz. Après-guerre, il ne reste plus grand-chose et c'est un peu par hasard que démarre la Coccinelle qui fondera l'un des premiers groupes automobiles du monde, VAG.
En Angleterre, la multitude de marques, quelques peu épargnée par la guerre et bien aidée par sa diffusion sur la vaste Empire britannique, va survivre sans se poser de questions jusque dans les années 70. Trop tard, le réveil sera difficile et il ne reste presque plus rien de sa spécificité : les Rolls Royce, Bentley et Mini sont allemandes, les Jaguar et les Land Rover indiennes. Dieu sauve la Reine !
L'Italie de Vincenzo Lancia démarre plus tard, mais sait garder ses prérogatives. Alfa et Lancia disparues (ou presque), il reste l'énorme conglomérat Fiat, sa brillantissime filiale Ferrari (une des marques les plus fortes du monde) et les grands carrossiers n'ont pas complètement disparus dans les années 50, contrairement à leurs homologues français.
Au plan économique, le principe de liberté des échanges est récent. Longtemps les différents pays ont lourdement taxé les importations d'automobiles étrangères. Pour contourner ce problème, les grands constructeurs ont très tôt installé des usines et des filiales dans les différents pays ciblés. Ainsi Ford a construit des usines dans de nombreux pays d'Europe et s'est associé à Mathis en France. Fiat a créé une filiale en France, Simca, et une autre en Allemagne, Neckar. Quand à Citroën, il fabriquait ses Traction près de Londres, pour ne citer que les exemples les plus représentatifs.

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association