Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées - Guide EHPAD
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER

Guide Automobile

Automobile électrique
Automobile électrique
(doc. Yalta Production)


abonnement
Cliquer pour s'abonner


 

Publicité
Publicité

Guide Tourisme France

ZFE, mortalité et limitations de vitesse : derrière les chiffres (billet d'humeur)

15 novembre 2022

C'est sûr, même le Président l'a dit, la pollution de l'air est à l'origine de 48 000 morts par an. Et bien sûr, l'automobile est la première responsable de tout cela, c'est pourquoi on crée les ZFE.
Mais les habitués des maths apprécient peut-être ces chiffres avec un peu plus de distance.

Le principe des ZFE

Les ZFE concernent les véhicules de 43 agglomérations de 150 000 habitants et plus. Celles-ci seront mises en place avant fin 2024.
Chaque métropole va appliquer son propre calendrier d'exclusion, ce qui risque de surprendre les voyageurs. Pour le Grand Paris, par exemple, sont interdits en semaine de 8 heures à 20 heures :
- juillet 2019 : Crit'Air 5 et non classés,
- juin 2021 : Crit'Air 4
- juillet 2023 : Crit'Air 3
- 2024 : Crit'Air 2
- 2030 : 100% de véhicules propres.
Pour l'instant, aucun système de contrôle ou de sanction n'est appliqué.

Combien d'automobilistes sont coincés dans les ZFE ?

Au premier janvier 2022, le nombre d'automobiles virtuellement coincées dans les ZFE avoisine le million, un chiffre qui devrait plus que tripler en 2023.

 
Nombre d'automobiles se trouvant dans les ZFE au premier janvier 2022 (doc. CGDD / SDES)


Nombre d'automobiles se trouvant dans les ZFE au premier janvier 2022
(doc. CGDD / SDES)

La ZFE, un système injuste et inefficace

La ZFE prend sa légitimité dans la vision "véhicule polluant" contre "véhicule propre". Bien sûr asséné comme cela, on comprend bien pourquoi de tels véhicules dangereux doivent être bannis.
Pourtant, ces véhicules âgés, garés au coeur de la cité, roulent très peu. Leurs propriétaires se déplacent déjà à pied en vélo ou en transport en commun (sinon, ils ne seraient pas âgés). Leur éradication brutale n'apportera que peu de gain contre la pollution, mais bloquera leur propriétaire pour aller au super marché ou à l'hôpital. Et tant pis pour ceux qui ne travaillent pas aux heures de bureau (8h à 20h).
Quant aux véhicules propres, le sont-ils tant que cela ?
Pourtant, en l'absence de système coercitif, le parc évoluait déjà naturellement et rapidement vers des véhicules en majorité de moins en mois polluants.

Du mirage de la voiture électrique

Celui qui pense que demain tout le monde roulera en voiture électrique n'a jamais parcouru les rues de Paris et de sa banlieue. Comment penser que les habitants qui sont contraints de garer leur véhicule le long du trottoir ou sur un parking pourront le recharger régulièrement ? Bien heureux ceux qui possèdent un pavillon individuel ou un parking attribué avec une borne de recharge à leur travail.
Donc, on est en droit de demander aux tenants de la fin du moteur thermique ce qu'ils envisagent pour ces millions d'automobilistes.

La ZFE, cité du bonheur ou enfer vert ?

Il reste à savoir dans quelle ville nous voulons vivre, voire même si nous voulons vivre en ville. Depuis des décennies, un mouvement inexorable vide les centres ville au profit des périphéries. Le centre ville est désormais celui des jeunes et des vieux, des riches et des pauvres, tandis que la fraction la plus active, les familles, les artisans, les entreprises, les commerces fuient peu à peu vers plus d'espace. La ZFE va probablement encourager encore un peu plus le phénomène de désertification des cités et d'artificialisation des espaces cultivables.

48 000 décès dus à la pollution

Le premier chiffre annoncé était d'abord de 4 500 morts. Il a grimpé assez magiquement à 45 000. Aujourd'hui, le compteur est à 48 000 morts prématurées. Problème, aucune étude d'ampleur n'a été réalisée sur le sujet et aucun chiffre n'a vraiment été prouvé scientifiquement.
Cela ressemble à l'étude officielle sur les dangers des ondes de téléphone portable qui n'était en réalité que la compilation par des "experts" de banalités, de rapports et de prises de position diverses non vérifiées.
Pendant que la précocité des dépistages et la qualité des soins progressent, les polluants de l'air, de l'eau, de la nourriture ont effectivement une action néfaste sur les organismes : cancers, asthme, bronchite, maladies cardio-vasculaires... C'est une certitude scientifique. Problème, comment quantifier leur action par type de polluant et par type d'exposition, c'est une autre étape que certains ont eu vite fait de franchir : il faut chasser la voiture de nos villes.
Mais quel est le bon plan pour obtenir des résultats tangibles sans mettre notre vie quotidienne en difficulté, nous attendons encore de vrais objectifs chiffrés pour nous lancer dans cette noble cause.

63% des français sont pour les 110 km/h sur autoroute

Un autre miracle arithmétique jaillit avec ces 110 km/h, esquivés provisoirement par le gouvernement.
En réalité, le sondage IFOP concluait que 63% des français étaient prêts à rouler à 110 km/h pour économiser le carburant (chiche). De là à en déduire qu'ils voulaient imposer cette limitation est une escroquerie intellectuelle. D'autant, que comme toujours, le sondage ne concerne pas que les intéressés (ceux qui roulent régulièrement sur autoroute) mais bien un "échantillon représentatif de français". Celui qui part une fois par an en août pour les Sables d'Olonne serait probablement déjà content de pouvoir atteindre les 110 km/h. Les 25% d'économie de carburant annoncés au doigt mouillé procèdent là aussi de la chimère ou de l'escroquerie (au choix).

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association

Publicité

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées - Guide EHPAD
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER