Guide Automobiles Anciennes - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil   Musée Automobile  Dossiers   Actualités   Films et séries  Associations  Agenda  
Guide Automobile
Publicité

Sur la route, padam, padam...
Sur la route, dala dala lalalala...
(doc. Yalta Production)


Publicité

abonnement

Musée France Musée Europe
Musée Amérique
Musée Asie

Anciennes Serpollet, Gardner-Serpollet, Darracq-Serpollet

(les autres constructeurs en cliquant dans la colonne de droite > )

Serpollet

Serpollet est un constructeur français fondé dans l'Ain dans les années 1880 par Léon Serpollet. Il est considéré comme l'un des pionniers de l'automobile avec la construction du premier véhicule à vapeur de série. Son premier véhicule est un tricycle à vapeur construit en 1888, deux ans après le dépôt de brevet de véhicules à moteur à explosion de Karl Benz.

La première automobile à traction autonome


La première locomotive à vapeur est mise au point en 1804 et la première ligne de chemin de fer fonctionne en Angleterre dès 1812. C'est en 1827 que le français Seguin met au point la chaudière tubulaire, qui permet de décupler la puissance des machines. Dès lors, pourquoi ne pas imaginer de porter ce type de traction sur des véhicules routiers et remplacer ainsi les chevaux ?
C'est en 1873 qu'Amédée Bollée construit le premier véhicule routier autonome. Mais sa chaudière classique est particulièrement lourde et encombrante. Pour cette raison, ses automobiles ne connaissent pas une diffusion importante.
Léon Serpollet, lui, exploite l'invention de son frère, Henri, d'un moteur à vaporisation instantanée. Ili dispense d'un grosse chaudière. Cette avance technologique permettra au constructeur de proposer des modèles performants pendant une quinzaine d'années.
Les modèles à vapeur vont se révéler tout à fait concurrents des engins à explosion jusqu'à la Première Guerre Mondiale, jusqu'à ce que leur rendement énergique ne soit dépassé.

Une technologie efficace


Le moteur Serpollet ne comporte pas de chaudière proprement dit, comme sur une locomotive à vapeur, et qu'il faudrait monter en température et en pression, mais à la place, un générateur de vapeur de taille relativement réduite. L'énergie est fournie par un fourneau à charbon ou un brûleur à pétrole. Il chauffe de l'eau directement dans un système de serpentins à diamètre variable et qui contraint l'eau à circuler à grande vitesse et à se vaporiser instantanément.
La vapeur entraîne ensuite un système de pistons qui fonctionnent sur deux temps au lieu de quatre (pas de gaz à compresser ou à expulser comme dans un moteur à explosion à 4 temps).
Le moteur à vapeur conçu par Serpollet est léger et peu encombrant. Il a pour avantage de produire moins de bruit et de vibrations qu'un moteur à explosion, mais dégage un gros nuage de vapeur dans un chuintement inquiétant (mais pas de tchou-tchou). Preuve de sa qualité, lors de l'Exposition Universelle de 1900 la Gardner-Serpollet remporte une médaille d'or.

Le premier permis de conduire


Après l'autorisation partielle accordée par le préfet de police au marquis de Broc de conduire sa monstrueuse diligence à vapeur d'Amédée Bollée sur son trajet domestique, Léon Serpollet obtient en 1891 l'autorisation de conduire son tricycle dans Paris. C'est probablement le premier permis de conduire du monde.
Pour être complet sur ce sujet, l'histoire retiendra que la duchesse d'Uzès est la première femme détentrice de l'ancêtre du permis de conduire en 1895.

Gardner-Serpollet


En 1898, Léon Serpollet s'associe avec Franck Gardner, un riche industriel américain. Gardner-Serpollet s'installe dans le 20e arrondissement de Paris.
Le constructeur connaît une véritable réussite commerciale. Leurs modèles, fiables et performants trouvent leur public.
Mais à partir de 1906, concurrencés par les automobiles à moteur à explosion, les Serpollet ne se vendent plus et Gardner cède ses parts à Alexandre Darracq.

La vapeur bat des records


Le système Serpollet développe une puissance largement comparable à celle d'un moteur à explosion. C'est pourquoi la marque va pouvoir se mesurer aux concurrents qui utilisent les moteurs à pétrole lors des compétitions.
En 1901, une Serpollet remporte le kilomètre lancé et le mille départ arrêté de la terrasse de Deauville (Coupe de l'Auto-Vélo).
En 1902, une Gardner-Serpollet, l'Œuf de Pâques, pulvérise de près de 15 km/h le record de vitesse terrestre détenu depuis trois ans par Camille Jenatzy sur voiture électrique, avec 120,8 km/h à Nice. Sa puissance étonnante est de 100 ch.
En 1903, dans la dramatique course Paris-Madrid qui verra la mort de Marcel Renault, 7 Serpollet de 40 ch sont engagées. Elle rejoignent Bordeaux, terme de l'épreuve, à 95 km/h de moyenne, et 140 en vitesse de pointe.
En 1903, un omnibus chargé de quinze personnes remporte la course de côte de Laffrey, près de Grenoble.

Darracq-Serpollet


En 1906, les automobiles ne se vendant plus, Alexandre Darracq oriente l'activité vers la production de poids lourds, omnibus et camions Darracq-Serpollet. Ceux-ci réalisent de bonnes performances en fonctionnant au pétrole lourd lampant, moins cher que l'essence. Une bonne idée.
Implantés dans une nouvelle usine mitoyenne de celle qui produit les voitures Darracq, les ateliers Darracq-Serpollet sortiront jusqu'à 1 500 châssis par an.
Mais l'activité des poids lourds à vapeur est également concurrencée par les moteurs à explosion et la société ferme ses portes en 1912 alors que Saurer a racheté la production d'omnibus de Suresnes dès 1910.
Quant à Léon Serpollet, il meurt en 1907 à l'âge de 48 ans d'un cancer.

Musée Automobile Virtuel

Descriptions, fiches techniques, versions et photos des anciens modèles consultables pour Serpollet

(consulter la fichecliquez sur la photo du modèle pour consulter la fiche)
 

Tricycle à vapeur Serpollet
Tricycle à vapeur Serpollet (1888)
[3 photos]
Serpollet type D
Serpollet type D (1901)
[3 photos]
Gardner-Serpollet type A
Gardner-Serpollet type A (1902)
[5 photos]
Gardner-Serpollet type H
Gardner-Serpollet type H (1902)
[3 photos]

Restons en contact

- n'hésitez pas à nous aider et faire des remarques sur nos fiches en écrivant à la rédaction.
- pour découvrir chaque mois les nouvelles anciennes présentées, inscrivez-vous gratuitement à notre Lettre mensuelle (pas de spam).

Ecrire à la rédaction Recevoir la lettre mensuelle Inscription d'un événement dans l'Agenda Inscription d'une association

Accueil   Musée Automobile  Dossiers   Actualités   Films et séries  Associations  Agenda  
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine